quelques-unes de nos dernières sorties

Bouirex. Cabane de l'Estagnous (1580m) – 12 jan.

La première neige de l’hiver et un temps magnifique nous ont invités à cette randonnée en raquette aussi facile que superbe. Partis de la cote 1079 nous avons suivi la crête est du Bouirex à travers bois et clairière. Jusqu’à la cabane de l’Estagnous, ou nous avons délicieusement paressé près de 2 heures en contemplant, juste sous notre nez, le massif du Valier. Et y en a pour dire que les randos proposées par la Route de l’Ours sont trop dures ! Dommage de n’avoir été que 5 pour un tel régal. Photos ci-jointes dont une de notre président qui a failli disparaître enseveli dans la poudreuse.
Olivier

cabane de Rose – 14 jan.

Dimanche nous avons étrenné la saison raquettes avec une randonnée à la cabane et au Col de Rose.. .
Nous étions 22 pour cette belle journée demi ensoleillée. Bonne neige et point de vue magnifique depuis la cabane où nous avons reconnu les sommets couseranais : mont Beat, mont Saint, Montabonne et Certescans, et bien sûr le Valier.
400 m de dénivelé et 3h H30 de marche pour 10km.
Bonne ambiance pour le pique nique partagé et bonne humeur.
Nous nous sommes quittés à Gam Vert sans le pot traditionnel car tous les cafés étaient fermés !!!
Nicole Boudigue

pic Fonta – 21 jan.

Portés par un enthousiasme communicatif nous occultons la traversée de Laserre (1100m) et venons lécher cette ligne de démarcation salvatrice.
11 randonneurs démarrent alors ; direction le pic Fonta (1984m). Si le foehn de la semaine dernière a précipité la fin de la  saison raquette ; nous espérons encore dans les « crampons ». Nous réalisons rapidement que l’utilisation de ces derniers est superflue.
Ce puissant anticyclone passé par là rend le temps plus doux en altitude que dans la vallée (Patate anticyclonique). Il est conseillé  de se délester.
Arrivés au pic Fonta nous profitons de points de vue dégagés : Le Mont Valier (Mado nous amène au coeur du glacier  d’Arcouzan) ; sites avoisinants (aidée de Nicole) : Port d’Aula, Mont Rouch de Salau, pic de Peyre Mensongére, pic de Soubirou ….
Un gypaète esseulé nous abandonne trop vite.
Le retour s’effectue par le même chemin, toujours dans une délicieuse ambiance.
Nous retiendrons le très bon accueil à l’auberge du Haut Salat à Seix.
Jean.

pla de Montcamp – 21 fév.

Nous étions sept à nous élancer du petit village de Gestiès à 9 h 10 mn par une matinée de février plutôt printanière.
La première partie du parcours qui s’effectue en forêt dans un chemin bordé de murets est un peu raide mais sans aucune difficulté technique. Au sortir de la forêt nous longeons le bois de Gamel et découvrons sur le versant opposé le petit village isolé de Lercoul très bien exposé. Nous poursuivons le long de la crête de la Bède et au bout de deux heures nous atteignons le Pla de Montcamp, magnifique et large belvédère d’où une vue à 360° nous permet de découvrir le mont Valier, le pic des Trois Seigneurs, le mont Fourcat, et le Saint Barthélémy.
Après une pause déjeuner bien méritée nous décidons de revenir en boucle par le col de Sasc qui nous ramène par un sentier en balcon non balisé mais bien visible compte tenu des excellentes conditions à l’entrée de la forêt.
Nous regagnons nos voitures une heure plus tard après avoir parcouru environ 11 km 500m pour un dénivelé positif de 940 mètres en 4 heures 15 mn de marche effective. Tout le monde semblait satisfait de la randonnée qui pour la plupart était une découverte.
La journée se termina à Tarascon par le pot de l’amitié.
Didier

18 fév. – cabane du Piéjeau, Tucole de Paillère

Quelle Rando!!!!!
En ce Dimanche 18 Février à une heure bien tardive pour se lancer vers le Pale de Rase, nous remontons
la Bellongue, vallée toujours conciliante avec le  soleil, et venons nous poser au niveau de la
Bouiguane à l’entrée d’Autrech (650 m).
16 randonneurs de la route de l’ours se regroupent devant cette magnifique forêt domaniale de hêtres, refuge des sangliers, des chevreuils, et pour les plus passionnés (cachés derrière les caméras) ces  ours brun déportés de Slovénie. 2006/2009 (toujours lâchés depuis Arbas).
Portés par la guerre des Demoiselles, (cette jacquerie du 19e siècle initiée à Autrech ; conséquence  d’une  décision stupide de Napoléon Ier). Nous franchissons le col de la Croisette, sortons de la forêt pour rattraper la cabane du Piéjau 1453 m, propice à une petite pause.
Prochain rendez vous le col de Consires 1573 m.
Cerise sur le gâteau, la neige rattrapée vers 1680 nous accompagne jusqu’au sommet. 2116m. : le Pale de Rase Supérieur.
Panorama somptueux sur les sommets de l’Ariège et les 3000 du Luchonnais.
Le froid invité nous incite à écourter notre pique nique que nous terminerons adossés au Tucole de Paillères.
Fin de pique nique que nous aurions pu partager en ce lieu avec Mère ours avec ses 2 petits il y a 6 semaines. (info émanant des chasseurs d’Autrech.)
Nous empruntons  une variante depuis le col de Consires qui nous amène à la cabane de Barestet. Dans la descente du bois des Coues, Régine, conduisant le groupe a pressenti, aperçu un ours qui battait retraite. Rien de surprenant lorsque nous savons que dans leur mémoire ancestrale ils se retrouvent très bien dans cette vallée. De plus cette année l’ours n’est pas rentré en hibernation.
Nous sommes ravis de retrouver le premier groupe drivé par Nicole et profiter de petites pérégrinations à Engomer, au café du Coin.
Jean

Nb : Mars 2007 rencontre avec Balou au dessus d’Autrech  dans la descente d’Anos (info OFB) ; Juin 2007 rencontre avec Sarousse, le soir de la finale rugby gagné par le stade toulousain le 28 Juin, au niveau de la première grange.